Jeu de mots, jeu de vilain

Avec le recul, il semblerait que la mise en rayon des MDD de Monoprix avec leurs packagings colorés & calembourés a été l'élément déclencheur d'une déferlante de jeux de mots dans l'univers de la communication.
Une quasi ruquierisation du discours publicitaire s'est opérée sous nos yeux, et ce n'est pas Ramon Tafraise d'Oasis qui pourrait le contester.
Deux grandes marques patrimoniales, très éloignées l'une de l'autres, viennent d'être à leur tour touché par cette fièvre blagueuse : Kronenbourg et Air France.
Leurs dernières campagnes respectives ont adopté un ton léger et décalé qui était absent de leurs précédentes campagnes. Mais cela est-il suffisant pour créer une vraie connivence & proximité à la marque?
Concluons avec un site ou pullule détournements et bons mots : Les Contrepétographes